Traitement des images

Les poses de LSST sont analysées dans le but de produire des catalogues de sources et d’objets exploitables pour l’extraction de la science. Les diverses étapes du traitement comprennent notamment l’étalonnage astrométrique, l’étalonnage photométrique, la co-addition des images, la détection en champs profonds, la reconnaissance des objets transitoires, et la classification des objets. Le traitement approfondi des données est la préoccupation essentielle du groupe Data Management (DM) de LSST. L’IN2P3 participe à cet effort par le groupe LSST-Calcul dans lequel plusieurs laboratoires sont impliqués.

Bien que les premières images de LSST ne seront disponibles qu’à partir de 2020, des études ont d’ores et déjà débuté dans le but d’estimer les performances des algorithmes de traitement des poses du télescope. Il s’agit en particulier de répondre à des questions comme: les précisions obtenues sont-elles suffisantes pour les mesures cosmologiques ? Quels sont les points faibles à améliorer ? Les algorithmes sont-ils adaptés au traitement des volumes de données collectées par LSST ?

Une première réponse à ces questions a été donnée par le traitement, en 2013, des poses du télescope Sloan Digital Sky Survey (SDSS), par les algorithmes de LSST. Dans le cadre de LSST-Calcul, le LPC a participé au traitement d’une partie des données du Stripe 82 de SDSS (ascension droite entre 5o et 55o ; et déclinaison entre -1.26o et 1.26o) lors de ce DC2013. Pour chaque bande spectrale (ugriz), les trois étapes suivantes on été appliquées:

  1. processing des images: astrométrie, nettoyage, étalonnage, détection de sources célestes,
  2. coaddition des images issues de 1: le ciel est scindé en domaines (« patches ») et les images (ou portions d’images) dans cette région sont coadditionnées. Un algorithme de détection de sources donne la liste des objets célestes détectés,
  3. photométrie contrainte: une recherche de sources célestes contrainte par la liste obtenue en 2 effectuée, dans les images produites en 1.

La volumétrie considérée est importante : 7.1 TB (1566580 images) de données SDSS a été processé, et des quantités d’environ 43 TB, 1.2 TB, et 2.4 TB, ont été produites pour les étapes 1, 2, et 3, respectivement.

 Le LPC est maintenant impliqué dans le traitement des données du Canada-France-Hawaii Telescope (CFHT). L’objectif est d’affiner la compréhension des étapes de production des catalogues, d’estimer la qualité des données produites, et d’exploiter les données pour des mesures cosmologiques.